Meet the team – Laurie

Qui se cache derrière l’association Industriekultur-CNCI ? Laissez-nous vous présenter notre petite équipe dynamique.

Aujourd’hui, c’est au tour de Laurie Kremer, notre Project Manager. Laurie se charge de la gestion de nos projets, dont récemment l’exposition « MinettREMIX » pour la Capitale européenne de la culture Esch2022, de notre communication externe, ainsi que de l’administration.

  • Quel a été ton parcours vers un travail dans le domaine du patrimoine industriel ?
    Mon intérêt pour l’histoire locale ! Mon premier contact avec le patrimoine industriel remonte à 2011, lorsque j’ai participé à l’élaboration d’une stratégie marketing pour une ancienne usine de tissage en Angleterre dans le cadre de mon job étudiant. 9 ans plus tard, j’ai vu le poste à l’IK-CNCI qui me semblait correspondre parfaitement.
  • Qu’est-ce que te plaît le plus dans ton travail au IK-CNCI ?
    Créer des liens avec des partenaires, découvrir de nouvelles choses sur l’histoire de ma région, et la liberté de développer de nouvelles idées.
  • Quelle est ta musique préférée pour travailler ?
    Cela dépend sur quoi je travaille. La musique électronique me motive, mais le folk, la soul ou le jazz sont bons quand j’ai besoin de me concentrer.
  • Quel est ton « landmark » préféré au Minett ?
    En parlant de musique… J’adore la Kulturfabrik. Tout, de son histoire à sa réappropriation, qui a façonné l’espace créatif et expérimental qu’elle est aujourd’hui.
  • Café ou thé ?
    Je suis à moitié anglaise, donc je dois dire du thé ! Tous ceux qui me connaissent bien savent que j’allume la bouilloire chaque heure.
  • As-tu un talent caché ?
    Qu’est-ce qui va bien avec le thé ? Les biscuits ! J’adore cuisiner. Je fais une maison en pain d’épice chaque année pour Noël. Mes collègues et moi avons également instauré une tradition de préparer des biscuits industriels pour nos partenaires et la presse.
  • Quel est l’endroit préféré où tu as voyagé ?
    La Nouvelle-Zélande. Ils ont les paysages les plus étonnants que j’ai jamais vus dans ma vie.
  • Quel futur souhaiteras-tu pour l’IK-CNCI ?
    J’aimerais voir l’IK-CNCI devenir une institution reconnue au niveau national, ainsi que s’établir comme fort réseau de collaboration qui relie un large éventail de partenaires nationaux et internationaux.